EQUIPEMENT SOCIO-CULTUREL
ANZIN (59)
Maîtrise d'ouvrage
ville d’Anzin
construction d’un équipement socio-culturel
d’entrée de quartier
  • localisation : avenue Anatole France / rue Lucien Jonas - Anzin
    S.H.O.N : 783 m2
    montant travaux : 1 500 000 euros HT
    calendrier : Études 2010 – 2011 / chantier 2012 – 2013 / livré octobre 2013

    Maîtrise d'oeuvre
    OWA (mand.) + ABN
    EVP (structure) / C-TEK (fluides) / CABINET LANOY (économie)

    Cet équipement constitue la nouvelle entrée du quartier Carpeaux d’Anzin sur l’avenue Anatole France, axe structurant de la ville.

    Il comprend un hall d’accueil – salle d’exposition, une salle privatisable, une salle de gymnastique, des salles d’activités et un atelier de cuisine. L’ensemble s’articule dans un jeu de volumes de béton blanc qui adressent et orientent le bâtiment au dessus d’un rez de chaussée laissant percevoir la profondeur de l’équipement vers le quartier. L’opacité des premiers plans souligne ce jeu de volumes et préserve l’intimité des salles qu’ils abritent, tandis que le mur rideau du second plan ouvre à la ville les éléments plus exposés du programme.

  • localisation : avenue Anatole France / rue Lucien Jonas - Anzin
    S.H.O.N : 783 m2
    montant travaux : 1 500 000 euros HT
    calendrier : Études 2010 – 2011 / chantier 2012 – 2013 / livré octobre 2013

    Maîtrise d'oeuvre
    OWA (mand.) + ABN
    EVP (structure) / C-TEK (fluides) / CABINET LANOY (économie)

    Cet équipement constitue la nouvelle entrée du quartier Carpeaux d’Anzin sur l’avenue Anatole France, axe structurant de la ville.

    Il comprend un hall d’accueil – salle d’exposition, une salle privatisable, une salle de gymnastique, des salles d’activités et un atelier de cuisine. L’ensemble s’articule dans un jeu de volumes de béton blanc qui adressent et orientent le bâtiment au dessus d’un rez de chaussée laissant percevoir la profondeur de l’équipement vers le quartier. L’opacité des premiers plans souligne ce jeu de volumes et préserve l’intimité des salles qu’ils abritent, tandis que le mur rideau du second plan ouvre à la ville les éléments plus exposés du programme.